Toutes les cicatrices possibles lors d’une augmentation mammaire

Toutes les cicatrices possibles lors d’une augmentation mammaire

Cicatrices : Les seins sont le symbole de  la sensualité, la féminité et la séduction de la femme depuis x temps. Pour préserver la beauté de sa poitrine ou l’améliorer, plusieurs femmes préfèrent avoir recours à la chirurgie esthétique et choisissent d’effectuer une réduction mammaire ou une augmentation mammaire. Cette dernière nécessite 3 types d’incisions possibles afin d’introduire les implants mammaires en silicone.

pose implant mammaire cicatrices

Cicatrices périaréolaires ou autour de l’aréole

C’est la voie la plus pratiquée si on est dans le cas d’un implant rempli de gel de silicone cohésif. Les cicatrices autour de l’aréole ou encore  périaréolaires sont situées entre la zone pigmentée de l’aréole (foncée) et le blanc de la peau sur l’hémi-circonférence inférieure. Il s’agit  des cicatrices les plus discrètes parce qu’elles se fusionnent parfaitement avec les pigmentations de l’aréole. De plus, un allaitement ultérieur est possible après cette intervention.

En outre, si le volume de l’aréole est peu développé, ça va être difficile d’y introduire la prothèse convenablement. Sinon, elle reste la méthode la plus précise concernant l’emplacement des prothèses mammaires.

Cicatrices sous les bras

Cette voie est aussi appelée voie axillaire car elle l’intervention se pratique l’intérieur des aisselles. Elle a connu un grand succès, il y a quelques années vu qu’elle laisse le sein vierge de toute incision mais elle ne l’est plus de nos jours. En effet, il s’est avéré que le risque d’avoir une cicatrice épaisse voire chéloïde est plus fréquent au niveau des aisselles. De plus, de point de vue pratique, cette voie est la moins précise dans la mise en place de la prothèse, ce qui peut engendrer son déplacement vers le haut et induire une réintervention chirurgicale.

Cicatrices au niveau du sillon sous mammaire

Le troisième type de cicatrices est celui du sillon sous mammaire ou  sous la racine du sein. L’incision est cachée dans le pli mammaire en position debout mais reste malgré tout visible en position couchée ou allongée. Elle est très pratique dans le cas des patientes fumeuses vu leur pouvoir de cicatrisation diminué et s’il y aura une complication, la prothèse se trouverait juste derrière la peau (sous-cutanée).