Démêler le vrai du faux en chirurgie esthétique

Démêler le vrai du faux en chirurgie esthétique

  • chirurgie-esthetique-vrai-faux

vrai du faux en chirurgie esthétique: Malgré sa démocratisation, la chirurgie esthétique reste toujours très critiquée, d’ailleurs, les articles les plus partagés qui se rapportent à cette branche de la médecine donnent généralement l’image d’une pratique abusive, dédiée aux stars et aux riches, futiles et surtout aux conséquences très dangereuses.

Cet article a donc pour but de démêler le vrai du faux en matière de chirurgie esthétique.

vrai du faux en chirurgie esthétique ?

Comme n’importe quel acte chirurgical, elle comporte des risques qui peuvent être liés à l’anesthésie ou à l’acte en lui-même par la survenue d’une infection nosocomiale ou un accident hémodynamique.

vrai du faux en chirurgie esthétiqueCependant, le choix d’un chirurgien esthétique de confiance et compétent et d’un centre spécialisé et bien équipé réduit considérablement la survenue de ces problèmes, en Tunisie, par exemple, si le patient présente des problèmes de santé pouvant rendre l’intervention risquée, il lui sera conseillé de l’éviter et on peut lui proposer d’autres moyens pour satisfaire sa demande.

La chirurgie esthétique peut-elle donner une forme précise du nez ou des seins

Il arrive qu’une patiente se présente au cabinet avec une idée bien précise en tête, exemple : elle désire avoir les fesses de Kim Kardashian.

La chirurgie esthétique ne peut accéder à la requête de toutes les patientes, en effet, chaque personne a sa propre physionomie et ses propres caractéristiques physiques, le chirurgien doit opérer en fonction de ses variantes afin que le résultat puisse être satisfaisant.

Entre comment le patient imagine le résultat et la réalité de ce résultat il peut exister une grande différence.

Le besoin en chirurgie esthétique est fonction de la disgrâce physique

vrai du faux en chirurgie esthétique: Les détracteurs de la chirurgie esthétique l’assimilent toujours au physique, alors que le besoin est souvent plus psychologique que physique.

En effet, certaines personnes peuvent vivre des années avec ce qu’on pourrait appeler une disgrâce sans aucun problème, sauf que d’autre sont plus dérangés par les petits défauts du corps.

C’est plus une question de perception.

Et les hommes ?

Egal à eux-mêmes, les hommes ont toujours du mal à avouer leur recours à la chirurgie esthétique, alors que certaines leurs sont entièrement dédiées tel que la greffe de cheveux.

Même si les femmes sont toujours les plus intéressées par la chirurgie esthétique, les hommes représentent 20% de candidats de la chirurgie esthétique.