Chirurgie mammaire en tunisie: On s’était dit rendez-vous dans dix ans

Chirurgie mammaire en tunisie: On s’était dit rendez-vous dans dix ans

Voilà dix ans aujourd’hui, nombreux ont été les femmes à avoir subi une chirurgie mammaire en tunisie. Depuis, les corps ont changé et la peau a vieilli.

Que reste-t-il maintenant d’une réduction mammaire ou d’une augmentation des seins ?

Lors d’une opération de chirurgie esthétique, on se centre souvent sur l’instant présent et l’on pense un peu moins à l’avenir, plus lointain.

L’augmentation mammaire

augmentation mammaire protheses

Sauf exception, un sein avec prothèse mammaire vieillit au même rythme qu’un sein dit « normal », avec une tendance naturelle à s’affaisser avec l’âge. Il peut toutefois arriver qu’un sein tombe alors que la prothèse placée derrière le muscle reste fixe dans sa cavité. Cela se traduit par une double bosse inesthétique et nécessite une nouvelle intervention. Quant à savoir s’il faut changer ses prothèses tous les dix ans, la nouvelle génération d’implants est dotée d’une plus grande longévité, risquant moins de se rompre. Mais il est important de conserver le petit carton de « traçabilité » remis par le chirurgien après l’opération, de signaler l’augmentation mammaire à son gynécologue et, au moindre doute, de revoir son chirurgien. 

Chirurgie mammaire en tunisie

Témoignage, Krystel, 39 ans, comptable. 

« J’ai eu deux enfants, je les ai allaités et je me suis retrouvée avec des seins vidés qui avaient tendance à tomber. Ce qui m’a beaucoup complexée. Cette opération m’a permis de retrouver mon 90 C et, du coup, ma féminité. Aujourd’hui, je trouve que ma peau est un peu moins tonique qu’avant, mais c’est normal car les années passent, et cela ne me pose aucun problème. Je me sens bien dans mon âge et dans mon corps. Ce sont mes seins, ils font partie de moi et ils vieillissent de façon très naturelle, comme le reste de mon corps. Prudente, je me fais surveiller par ma gynéco et l’année prochaine, je vais passer ma première mammographie. En fait, j’ai totalement oublié que j’ai des prothèses. Je ne pense jamais qu’il faudra peut-être un jour les changer, d’autant que mon chirurgien m’a dit, qu’a priori, cela ne sera pas nécessaire. »

La réduction mammaire

Chirurgie mammaire en tunisie

 

Bien qu’il n’y ait pas de règle, il est préférable de bénéficier d’une réduction mammaire avant une grossesse. D’une part, celle-ci a souvent tendance à accentuer l’hypertrophie mammaire et d’autre part, plus la femme est jeune, meilleur est le pouvoir de rétraction de la peau et moins longues sont les cicatrices.

Par précaution, on laisse toujours un peu plus de volume aux seins d’une patiente jeune et sans enfant, tout en sachant qu’il est impossible d’anticiper l’évolution d’un sein.

En effet, chez certaines femmes, qu’elles soient opérées ou non, il va conserver le même volume en vieillissant, alors que chez d’autres, le sein va diminuer, et chez d’autres encore, il va grossir.

Témoignage, Juliette, 35 ans, analyste financier. 

Chirurgie mammaire en tunisie : « J’avais une poitrine trop imposante par rapport à ma silhouette. Grâce à l’opération, je suis passée d’un bonnet E à un bonnet C. Je me suis tout de suite sentie mieux malgré les cicatrices qui, avec le temps, sont devenues moins visibles. Je me sens bien dans mon corps et j’ai du plaisir à m’habiller et à me mettre en valeur. Dans un petit coin de ma tête, je reste quand même une « ex-gros seins ». Un seul bémol : aujourd’hui, après mes deux grossesses, qui ont eu lieu après mon opération, je trouve presque que mes seins ont un peu trop fondu. Heureusement qu’on ne m’en a pas retiré plus ! . »