Chirurgie esthétique et cigarette

Chirurgie esthétique et cigarette

  • Chirurgie esthétique et cigarette

Chirurgie esthétique et cigarette : Même si les nouvelles techniques de chirurgie esthétique sont peu invasives, qu’elles se déroulent en ambulatoire, et qu’elles ne nécessitent qu’une anesthésie locale.

Chirurgie esthétique et cigarette

Ce sont des actes qui traumatisent, plus ou moins, le corps et qui nécessitent donc une période de convalescence.

Pour que le corps puisse se régénérer il est indispensable qu’il soit fonctionnel à 100% sans aucune gêne.

Hors, nous ne vous apprenons rien, la cigarette est en quelque sorte un poison qui tue progressivement les cellules.

D’ailleurs, dans tous les sites d’informations, et lors de la préparation de l’intervention, le chirurgien recommande une interruption de la consommation de tabac durant une période qui s’étale avant et après l’opération.

Pourquoi faut-il arrêter de fumer ?

Pour se  régénérer le corps a besoin de beaucoup d’oxygène, or la consommation de tabac diminue son taux d’absorption par les tissus.

Ainsi, il y aura un retard de la cicatrisation et une prolongation de la convalescence, d’où un résultat définitif qui prend plus de temps pour s’installer.

Quelles sont les complications qui s’installent si on n’arrête pas de fumer?

Hormis le retard de cicatrisation, il existe un risque de nécrose tissulaire.

En effet, les composants de la cigarette peuvent être à l’origine d’un arrêt de la circulation sanguine d’où la destruction des cellules épidermiques, il en résulte, un changement localisé de l’aspect de la peau qui devient noirâtre et peut même s’infecter.

La cigarette majeure les risques d’infection postopératoire.

On admet qu’une pour une femme qui a subi une augmentation mammaire par mise en place d’implant le risque d’infection si elle fume est 3 à 3.5 fois plus important que chez une femme qui a réalisé la même intervention mais qui ne fument pas.

Chaque chirurgie esthétique est ponctuée par des œdèmes et des ecchymoses qui sont gênants et inesthétiques, on a tous envie de s’en débarrasser le plus vite possible.

Le non arrêt de la cigarette retarde les processus de dissipation naturelle de ces bleues.

Le tabac peut avoir des répercussions beaucoup plus grave, par exemple, il est à l’origine des phlébites postopératoires, c’est-à-dire la formation d’un caillot veineux.

Chirurgie esthétique et cigarette

L’idéal est d’arrêter totalement de fumer.

Chirurgie esthétique et cigarette : Mais pour ceux qui n’arrivent pas à s’en défaire, il est conseillé de suspendre la cigarette au moins un mois avant et après l’intervention.